Archives du blog

Stagiaire en organisation d’événement recherchéE

recherche-stagiaireDans le cadre de nos 12 ans, Micro-Recyc-Coopération organise une grande soirée bénéfice le 2 mai prochain. Nous sommes à la recherche d’une personne pour nous appuyer dans nos diverses tâches de communication et d’organisation (disponible à temps plein ou à temps partiel). Le stage est non rémunéré et se fait un contexte de travail chaleureux.

Lieu de stage: Montréal
Durée du stage: 16 mars au 2 mai 2015
Nombre d’heures: Temps plein ou temps partiel (lundi au vendredi)
Rémunération: Non-rémunéré
Nombre de poste disponible: 1

Contexte
Micro-Recyc-Coopération est un organisme de coopération internationale qui œuvre depuis 12 ans dans le domaine des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Nous visons à faciliter l’accès, le transfert et l’appropriation des TIC afin d’améliorer l’empowerment des populations désavantagées. Nous faisons la collecte de matériel informatique usagé pour en faire bénéficier les populations défavorisées du sud (Afrique et Haïti) dans le domaine de l’éducation en créant des laboratoires informatique. Nous offrons aussi des ateliers de sensibilisation à la consommation responsable dans les écoles et universités.

Mandat
– Participer à l’élaboration d’un plan de commandite
– Chercher des donateurs
– Collaborer avec la responsable dans la coordination des activités et des bénévoles
– Participer à l’organisation de l’événement
– Appuyer l’organisme dans la promotion de l’événement
– Apportez de nouvelles idées
– Participer à l’événement qui se tiendra le 2 mai prochain

Compétences recherchées
– Formation ou expérience en organisation et/ou en planification d’événement, soirée bénéfice
– Bonne capacité de communication
– Maîtriser office (Word, Excell…)
– Débrouillardise et autonomie
– Avoir de l’initiative et de la créativité
– Connaissance du milieu coopératif (un atout)
– Intérêt pour le milieu de la coopération internationale
– Parler anglais (un atout)

Pour soumettre sa candidature:

Faites parvenir votre Curriculum Vitae, votre lettre de présentation à l’adresse courriel suivante: info@microrecyccoop.org au plus tard le 12 mars 2015

Sensibilisation et éducation du public : nos actions au Québec

Micro Recyc a  tenu sur Montréal et sa région plusieurs  kiosques d’information  qui portent sur l’importance de la réutilisation des déchets électroniques et la préservation des ressources naturelles.  Le public visé était principalement les jeunes dans les universités et CEGEP qui sont bien souvent de grands consommateurs de produits électroniques. Nous avons également participé aux nombreux évènements reliés à la protection de l’environnement tels que tels que la semaine de la réduction de déchets, le salon de l’environnement de Polytechnique et la conférence «Partnership for the Living City »

Kiosque de sensibilisation que Micro Recyc tient dans les écoles, CEGEP, universités

Kiosque de sensibilisation que Micro Recyc tient dans les écoles, CEGEP, universités

Une trousse de sensibilisation faite maison
Pour donner plus d’Impact à nos actions de sensibilisation nous avons développé une trousse de sensibilisation composée d’une vidéo et d’outils pédagogiques qui sont utilisés dans les ateliers que nous tenons dans centres communautaires les écoles et universités.  Notons au passage que la vidéo à été développée en interne par Karin Araujo Flores qui est notre responsable de la sensibilisation et des …. De plus cette trousse à été possible grâce au soutien financier de Cecosol et de l’AQOCI.
La vidéo est un bon moyen retenir d’avantage l’attention du jeune public des CEGEP et des universités mais surtout un outil pour engager les jeunes à agir. Nous nous sommes rendus compte également que la sensibilisation est encore plus efficace lorsqu’elle est suivi d’actes concrets que se soit par la collecte de matériel informatique ou encore par la participation à nos ateliers de création de bijoux et d’objets décoratifs avec des e-déchets.

Témoignages sur de nouvelles façons de recycler: c'est ce que présente la vidéo sensibilisatrice concoctée par Micro Recyc

Témoignages sur de nouvelles façons de recycler: c’est ce que présente la vidéo sensibilisatrice concoctée par Micro Recyc

De nouvelles façons de sensibiliser
En 2013 Micro Recyc a tenu à développer de nouvelles façons de faire pour sensibiliser le public. Raison pour laquelle l’emphase a été mis sur les ateliers Eco Tic Chic qui avaient été expérimentés avec la créatrice Chantal Ménard à partir du printemps 2012.
Cette initiative nous a permis de rendre plus dynamiques et créatives nos actions de sensibilisation. Ainsi il y a eu des actions menées auprès des particuliers lors des ateliers de création donnés dans nos locaux auprès des enfants et des adultes mais nous avons également donné des ateliers de sensibilisation dans les centres communautaires et des bibliothèques à Montréal, comme celui donné dans celle de Saint Léonard à Montréal Nord. Plusieurs interventions ont également été réalisées dans les Cégeps. Le fait de créer des bijoux ou des objets décoratifs avec de vieux morceaux électroniques possède une symbolique forte autant d’un point de vue créatif qu’environnemental et permet de faire plus facilement passer nos messages.

Atelier donné lors des Journées Québécoises de la Solidarité Internationale

Atelier donné lors des Journées Québécoises de la Solidarité Internationale

 

Creation faite par un enfant participant à l'atelier de création donné à la bibliothèque de St Léonard

Création faite par un enfant participant à l’atelier de création donné à la bibliothèque de St Léonard

 

Bijoux réalisés avec de vieux composants électroniques - Création Chantal Ménard - Modèle Fadila Fariss - Photographe Pierre Ouimet

Bijoux réalisés avec de vieux composants électroniques – Création Chantal Ménard et Gina Simard  – Modèle Fadila Fariss – Photographe Pierre Ouimet

 

Pour en savoir plus sur Micro Recyc, visitez notre site web

Création d’un centre de savoir et de valorisation

Communiqué de presse (pour diffusion immédiate).

drapeau_francophonie_hd1L’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) a sélectionné le projet de création de centre de savoir et de valorisation au Cameroun et en Haïti proposé par l’organisme Micro-Recyc-Coopération. Ce dernier a été retenu  dans le cadre du 20e appel à projets pour la production de contenus ou d’applications francophones numériques. Les Technologies de l’Information et des Communications (TIC) seront mises au service de l’humain pour permettre aux agriculteurs / trices et artisans, de faire savoir leur savoir faire, tout en accédant à des informations contribuant à améliorer leur quotidien (privé et professionnel).

L’OIF par le biais de son programme des Inforoutes financera le projet pour un montant de 201 600 Euros sur une durée de 2 ans. Le projet débutera en 2013 au Cameroun pour se poursuivre en 2014 en Haïti.

Constat et déclencheur du projet

C’est bien souvent le manque d’accès à l’information, associé à une isolation géographique, qui fragilisent les acteurs livrés au bon vouloir des acheteurs fixant les conditions du marché (prix, délai, etc.). Le café est un exemple représentatif, ajoutons à cela le nombre impressionnant d’intermédiaires  qui vampirisent la chaine pour la revente. Cette situation induit également la problématique associée à l’usage de pesticides et la dépendance aux produits chimiques affaiblissant les sols…

A- Centre de savoir-faire

Il s’agit de mettre en place une structure physique (le centre) et virtuelle (site et réseaux internet) pour autonomiser les communautés rurales à travers les technologies de l’information (TIC) dont l’objectif est d’améliorer significativement les conditions de vie des populations impliquées. Cette démarche prendra aussi ses racines dans  le partage des informations et  l’enrichissement du savoir à partir des connaissances acquises et transmises au fil des générations autour d’une langue commune : le français.

B- Centre de valorisation (le  faire-savoir)

Le centre de valorisation vise à promouvoir et faire savoir l’artisanat, l’agriculture entre les pays concernés et aussi auprès d’un public élargi, permettant de favoriser des débouchés commerciaux bien au-delà des frontières locales ou du pays. L’objectif est de pérenniser la démarche mais aussi de donner une visibilité nationale et internationale aux acteurs ainsi qu’à leurs réalisations. Enfin il s’agit de mettre en lumière des talents qui ne bénéficient en général d’aucune visibilité.

Les défis à relever

L’implication des bénéficiaires, l’autonomisation financière des centres ainsi que la mise en réseau locale et internationale constituent de véritables défis à relever, Toute l’énergie sera consacrée au bon fonctionnement du projet, Mais surtout Micro Recyc fera en sorte que toutes les actions mises en œuvre ou encore les choix technologiques puissent guider et servir pour des projets similaires, menés dans d’autres régions de la Francophonie.

L’inspiration

Inspirée des centres de savoir en Inde, Micro Recyc a cherché sur internet tout ce qui se rapportait à cette expérience, Malheureusement nous avons trouvé très peu d’informations sites internet vidéos reportages illustrant ces expériences.

Raison pour laquelle Micro-Recyc réactualisera l’idée et communiquera autant sur le partage de la mise en œuvre que sur la concrétisation finale même du projet priorisant ainsi la pédagogie et les solutions expérimentées. Ainsi il sera légué bon nombre d’informations techniques (comme l’utilisation de logiciels libres pour la création de site) permettant la mise en œuvre d’expériences similaires dans la francophonie.

Site internet www.microrecyccoop.org – info@microrecyccoop.org

Un goût des tropiques

Une saveur d’ananas sucrés, de mangues crémeuses, du manioc, de plantain, de maïs que les vieilles femmes récoltent chaque matin au champ. En Afrique tout a un goût connu et inconnu en même temps. Mes mémoires d’enfance en Colombie, mon histoire au Québec et le fait de me découvrir au Cameroun. Tout ça fait un mélange délicieux de saveurs qui entrent dans mes sens et me rappellent d’où je viens  et d’où je suis. C’est ça l’Afrique pour moi. Le son d’un elèm, les femmes qui marchent avec un rythme musical avec un bouquet de fruits sur leurs têtes, leurs robes colorées, la danse, le poisson braisé, etc…

Au Cameroun je découvre mon rythme, même à milles de distance et une mer de différence de mes origines. Dans les goûts quotidiens, je découvre un peu de mon histoire, de ma culture, de mes racines. Je me découvre dans  les tam-tam Tam de la musique et même dans les sourires des gens. Je me découvre dans une culture qui a voyage le temps  pour s’installer dans les cœurs à l’autre côté de la mer.

Finalement, je découvre la chance que la vie m’a donnée d’habiter au Québec et me rapprocher aux autres cultures, vivre une expérience unique, apprendre des autres.  Après mon voyage, je suis sûr que je serai beaucoup plus québécoise, un peu plus colombienne, mais aussi j’espère, un peu camerounaise.

Témoignage de Diana Mora

Un grain de sable à la fois

On nous l’a dit et répété à chacune des formations pré-départ du programme Québec Sans Frontières: nous ne partons pas changer le monde. Le but est d’abord de se voir initiés à la coopération internationale, de former une jeunesse plus ouverte sur le monde, qui peut-être prendra la relève dans ce domaine.

D’ailleurs, nous l’avons rapidement constaté, alors que le jour de notre arrivée sur le lieu du stage, un homme nous faisait remarquer ceci : nous amenons des ordinateurs, une bibliothèque, des activités culturelles. D’accord. Mais il faut que les gens mangent d’abord.

Ce vieil homme avait raison.

En effet, dès le départ, un constat s’est imposé : nous n’avons pas les outils pour changer la vie des Camerounais du petit village de Mbouroukou. Encore moins le monde.

En vérité, aussi kitsch que cela puisse sonner, l’expérience de coopération apporte indéniablement davantage à celui qui part aider qu’à celui qui reçoit cette aide. Un été en Afrique, c’est probablement le plus précieux cadeau qu’on aurait pu m’offrir. « Ça change la vie », comme le dit ma compagne de stage, Diana.

Il n’en demeure pas moins qu’après tout, changer le monde, cela ne signifie pas nécessairement tout virer à l’envers. Ce qui m’amène à l’histoire du grain de sable dans le désert. Si un homme va dans le désert et ne déplace qu’un seul grain de sable, le monde sera différent après son passage. Ne peut-on pas dire qu’il aura ainsi changé le monde?

Le sourire d’un agriculteur qui vient de toucher pour la première fois à un ordinateur, ou encore la fierté des enfants lorsqu’ils reçoivent des encouragements, c’est peut-être ça notre grain de sable à nous.

Peut-être est-ce simplement cela, faire de la coopération internationale: changer le monde, un grain de sable à la fois

Témoignage de Laurence Campeau

La proximité

Déjà près d’un mois que nous sommes arrivés dans le village de Mbouroukou. Chaque jour je ne cesse d’être étonné par la proximité qui existe entre membres de la communauté. Que ce soit la cuisine, la nourriture, mais aussi et surtout par l’hospitalité des résidents.

Dès mon arrivée dans ma famille d’accueil, près de 40 personnes sont passées durant la soirée pour me souhaiter la bienvenue, mais aussi pour m’inviter à passer les voir à leur domicile. Mais étant un peu fatigué et dépassé par les évènements, je me suis couché très tôt.

En matinée accompagnée de ma sœur, nous avons visité le village. Elle m’a présenté tous les habitants en établissant les différents liens qui existent entre ceux-ci.

Plusieurs soirs par semaine, au minimum 10 jeunes viennent écouter la télévision à la maison et la plupart n’ont rien mangé pour souper alors ma mère d’accueil leur offre un repas même si ce ne sont pas ses propres enfants. Ils vivent au village et les liens qui les unissent sont très forts.

Alors, chaque jour, je rencontre de nouvelles personnes, visite de nouvelles maisons et j’espère que ce sera comme cela jusqu’à la fin du stage!

Témoignage d’Antoine Beaulieu

Exemples de créations de bijoux avec de vieux composants électroniques

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Découvrez en images quelques créations de la designer Chantal Ménard qui animera les ateliers Eco-chic (création de bijoux avec de vieux composants électroniques). Cela donne une idée de ce qu’il est possible de faire ! À noter que les participant(e)s repartiront avec leur création. De plus les outils et les matériaux sont fournis, ça commence ce jeudi dans les locaux de Micro-Recyc au 7000 avenue du Parc. Rappelons également qu’il s’agit d’une activité créative et sensibilisatrice.

Pour en savoir plus sur les ateliers proposés par Micro-Recyc: 514 227 5776 – par courriel : info@microrecyccoop.org

Les photos de la soirée bénéfice QSF-Cameroun 2012

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un avant gout du Cameroun

Un souper camerounais inaugurait le lancement de la troisième formation pour le stage QSF, qui rappelons le se déroulera en mai au Cameroun. Cette soirée dinatoire a permis de se mettre dans l’ambiance en découvrant quelques plats typiques parmi lesquels le plat national nommé le Ndolè qui est fait avec des feuilles de Ndolè (sorte d’épinards) qui sont mélangées avec des arachides de la viande de bœuf et des crevettes; il y  avait des beignets un incontournable qui se mangent accompagnés d’ haricots. On a pu découvrir également le Koki constitué de haricots écrasés mélangés avec de l’huile de palme, le Miondo qui sont des battons de manioc, sans oublier la banane Plantin et le poulet braisé bref que du bonheur… culinaire camerounais ! Il est à noter que c’est Julienne Douki la cofondatrice de Micro-Recyc qui avait préparé tous ces plats !

Micro-Recyc sélectionné au Forum International Francophone du Niger

Bonne nouvelle pour Micro-Recyc Anna-Gina Bazinet  notre adjointe au programme  Québec Sans Frontières  fait partie des cinq personnes au Québec à être sélectionnée pour participer en 2012 au Forum International Francophone « Jeunesse et emploi verts » qui se tiendra du 16 au 20 janvier 2012 à Niamey au Niger. Cet événement se déroulera dans le cadre du processus préparatoire à la conférence internationale Rio+20.

Le Forum a pour objectif de permettre à la jeunesse francophone de partager ses expériences en vue d’apporter une contribution originale à la Conférence Mondiale de Rio 2012. Notamment en réalisant des propositions concrètes sur la solidarité internationale et intergénérationnelle par la promotion et le développement « d’emplois verts » accessibles aux couches sociales les plus vulnérables. En plus du forum au Niger il y aura également une plateforme numérique en ligne qui précédera et prolongera l’événement physique.

Notons que 630 candidatures ont été reçues pour participer à l’évènement et que l’ensemble des participants du forum ont été sélectionnés sur la base d’un concours en fonction de leur expérience dans le domaine des emplois verts, de leur engagement associatif et de leur participation au forum virtuel. Félicitations aux candidatures québécoises qui ont été sélectionnées et rendez-vous pour la cérémonie d’ouverture le 16 janvier 2012.