Archives du blog

Le sceau d’eau

C’est en venant en Afrique que l’on peut prendre conscience de l’importance de certains éléments qui nous sont presque banale au Québec.

Par exemple, l’eau!! On peut tout de suite oublier de prendre une bonne douche chaude en revenant du travail. L’eau qui sort des tuyaux est tellement glacée qu’elle me coupe le souffle à tout coup. Et cela c’est, si l’eau courante fonctionne. Bien sûr, il y a une installation de salle de bain avec un évier, une toilette et une pomme de douche dans ma famille. Mais je peux compter sur les cinq doigts de ma main les fois où j’ai pris une douche avec de l’eau qui sort du mur. Alors, depuis le début, je me suis habitué au lavage du corps avec un sceau.  Comment est-ce que l’on remplit ces seaux???

On s’arrange comme on peut!! La première façon est que, lorsque nous avons la chance de voir apparaître l’eau courante, c’est la folie dans la maison. Tout le monde s’affaire à remplir tous les contenants possibles. Deux personnes sur le robinet de la cuisine, deux autres sur la douche et les autres acheminent les contenants à destination. Ensuite, après avoir participé à cette course et m’être assuré que tous les contenants sont bien remplis, je prends mes accessoires de douche et je file dans la salle de bains. J’ouvre le robinet et … pas de chance, l’eau est déjà repartie…

La deuxième façon est que, lorsque les réserves d’eau commencent à s’épuiser, et qu’une bonne pluie torrentielle s’abat sur le village, tout le monde court à l’extérieur pour placer les sceaux de façon à ce qu’ils se remplissent. Alors on se lave avec une bonne eau tombant du ciel!

Et finalement, la troisième façon est que, si les deux premières ne se produisent pas, les enfants partent chacun avec deux gros bidons les remplir à environ 30 minutes de marche de chez nous.

Alors voilà comment ma relation avec l’eau est devenue beaucoup plus importante pour moi. Heureusement, dans le village où nous sommes, nous avons toujours accès à l’eau que ce soit d’une façon ou d’une autre. Il y a beaucoup d’autres endroits ici où ce n’est pas aussi facile. C’est pourquoi maintenant j’apprécie énormément cet élément de la nature!!

Témoignage de Marie-Lou Bouchard Gauvin

La proximité

Déjà près d’un mois que nous sommes arrivés dans le village de Mbouroukou. Chaque jour je ne cesse d’être étonné par la proximité qui existe entre membres de la communauté. Que ce soit la cuisine, la nourriture, mais aussi et surtout par l’hospitalité des résidents.

Dès mon arrivée dans ma famille d’accueil, près de 40 personnes sont passées durant la soirée pour me souhaiter la bienvenue, mais aussi pour m’inviter à passer les voir à leur domicile. Mais étant un peu fatigué et dépassé par les évènements, je me suis couché très tôt.

En matinée accompagnée de ma sœur, nous avons visité le village. Elle m’a présenté tous les habitants en établissant les différents liens qui existent entre ceux-ci.

Plusieurs soirs par semaine, au minimum 10 jeunes viennent écouter la télévision à la maison et la plupart n’ont rien mangé pour souper alors ma mère d’accueil leur offre un repas même si ce ne sont pas ses propres enfants. Ils vivent au village et les liens qui les unissent sont très forts.

Alors, chaque jour, je rencontre de nouvelles personnes, visite de nouvelles maisons et j’espère que ce sera comme cela jusqu’à la fin du stage!

Témoignage d’Antoine Beaulieu

Les photos de la soirée bénéfice QSF-Cameroun 2012

Ce diaporama nécessite JavaScript.